MAHNA

Ya l Maḥna

(Hocine Boukella)

Ya l Maḥna, Ya l Maḥna !
Ya l Maḥna, ac elli jabek liyya ?

Wac jabek ɛand el gellil,
Wac eṭmaɛti fih aḥlil ?
Ay !
Yetɣedda qut eqlil,
Yetɣeṭṭa njum ellil.
Ay !

Ya l Maḥna, Ya l Maḥna !
Ya l Maḥna, ac elli nwiti ɛliyya ?

Ḥkemti ɛliyya bɛar cin,
Bɣitini ṭellab dlil,
Ay !
Yemci w iqul : « Fi sabil
Allah ya l mumnin ! »
Ay !

Ya l Maḥna, Ya l Maḥna !
Ya l Maḥna, ac elli rbaḥti mɛaya ?

Enti ḥeggara w eddalil :
Galbek lezzawali ymil.
Ay !
Ɛallegtih b eccnakil,
Werbeṭtih bxit errtil.
Ay !

Ya l Maḥna, Ya l Maḥna !
Ya l Maḥna, ac elli jabek liyya ?
Ya l Maḥna, Ya l Maḥna !
Ya l Maḥna, ac elli nwiti ɛliyya ?
Ya l Maḥna, Ya l Maḥna !
Ya l Maḥna, ac elli rbaḥti mɛaya ?

Ô Misère

Traduction Hocine Boukella

Ô Misère, Ô Misère !
Ô Misère, qu’est-ce qui t’a mené chez moi ?

Qu’est-ce qui t’a mené chez le pauvre,
Qu’espère-tu trouver chez lui ?
Ah !
Lui qui se nourrit de peu,
Lui qui dort sous les étoiles.
Ah !

Ô Misère, Ô Misère !
Ô Misère, quel sort me réserve-tu ?

Tu me condamnes à une honte infinie,
Tu me veux mendiant,
Ah !
Qui marche et implore :
« Dieu vous le rendra, mes frères ! »
Ah !

Ô Misère, Ô Misère !
Ô Misère, qu’as-tu gagné avec moi ?

Tu es mauvaise et la preuve :
Tu n’aimes que le malheureux.
Ah !
Tu le pends à tes crochets,
Tu le ligotes à ton fil d’araignée.
Ah !

Ô Misère, Ô Misère !
Ô Misère, qu’est-ce qui t’a mené à moi ?
Ô Misère, Ô Misère !
Ô Misère, quel sort me réserve-tu ?
Ô Misère, Ô Misère !
Ô Misère, qu’as-tu gagné avec moi ?

O Misery

Translation Marie-Alix Sharma

O Misery, O Misery !
O Misery, what brought you to me ?

What brought you to the poor,
What do you hope to find in him ?
Ah !
He who feeds on little,
He who sleeps under the stars.
Ah !

O Misery, O Misery !
O Misery, what fate do you have in store for me ?

You condemn me to endless shame,
You want me beggar
Ah !
Who walks and implores :
« God will give it back to you, my brothers ! »
Ah !

O Misery, O Misery !
O Misery, what have you gained with me ?

You are bad and the proof :
You only love the unfortunate.
Ah !
You hang him on your hooks,
You tie him to your spider’s thread.
Ah !

O Misery, O Misery !
O Misery, what brought you to me ?
O Misery, O Misery !
O Misery, what fate do you have in store for me ?
O Misery, O Misery !
O Misery, what have you gained with me ?